Dynafit X3 Courchevel: la reconnaissance officielle commentée par Caroline Freslon-Bette du team Gar

Un triathlon, on pourrait s’en douter, oui… mais pas n’importe lequel ! Un triathlon version montagne qui  associe 3 sports bien connus des adeptes de sports d’endurance mais aussi de dénivelé : le vélo de route, le trail et le ski alpinisme…

Une idée simple et un défi sportif d’ampleur : partir de la vallée (Le Carrey à 800m d’altitude) et grimper par trois moyens de locomotion - le vélo, les baskets et les peaux de phoque - jusqu’au sommet de la Saulire (à 2738m d’altitude) soit 25km et 2060m D+ à avaler…

Le 20 avril, ce sera donc le premier rendez-vous de cet événement original dont le camp de base se situe à Courchevel et pour bien faire, rien de tel qu’une petite reconnaissance du parcours dont voici mes principales impressions :

La section vélo :

Une section qu’il faudra prendre avec précaution. En effet, l’effet de peloton et l’enthousiasme de la compétition auraient vite fait de nous faire tourner les pédales un peu trop vite… Or, il ne faut pas oublier que l’on part pour un effort de plusieurs heures ! Le parcours monte assez régulièrement et la montée ne présente pas de difficultés majeures. Attention toutefois à bien gérer le début car la pente a tendance à s’accentuer dans la deuxième moitié du parcours, après le hameau du Praz.  L’arrivée dans Courchevel 1850m est plus cool… c’est le moment de récupérer et d’anticiper mentalement la transition avec le trail !

La section trail (blanc !) :

Le parcours est vallonné, assez court et roulant. Pour autant, il ne faut pas négliger plusieurs aspects:

- Le fait que la boucle se courre sur la neige, ce qui sollicite l’ensemble des chaines musculaires de façon plus importante que sur un trail classique,  et ce qui demande une concentration accrue pour conserver l’équilibre malgré des appuis fuyants. On a donc vite fait de griller quelques précieuses cartouches ! (petit conseil au passage : conservez une foulée légère, sans chercher à être trop aérien… sinon vous allez vite vous épuiser … tanpis pour le style !)

- Le parcours est plutôt descendant sur la première partie, les petites bosses « qui tuent » arrivent après le 3ème kilomètre… Attention donc à en garder sous le pied, d’autant plus que la fin est casse pattes à souhait dans les 500 derniers mètres !

- Et enfin, gardez toujours à l’esprit que vous enchaînez avec la section ski alpi qui est, sans doute possible, LA section clef ! celle qui vous fera gagner ou perdre des places !

La section ski alpinisme :

Comme évoqué précédemment c’est à mon avis, la partie stratégique du parcours, celle où celui ou celle qui aura gardé du jus pourra tirer son épingle du jeu ! C’est la section la plus longue et la plus exigeante de la course. Un départ plutôt cool avec une pente séduisante, puis arrive le pied du télécabine de la Saulire, et là, les choses se corsent… un bon petit mur dans lequel il ne faut pas s’exciter car il y en a un deuxième avant d’arriver au sommet … Le petit conseil : ne pas trop lever les yeux, histoire de ne pas se démoraliser. La toute fin du dernier mur peut se faire à pieds, skis sur le sac pour faciliter un peu l’ascension, mais il faudra rechausser pour parcourir les 300 derniers mètres qui vous séparent de la ligne d’arrivée salvatrice !

Sommet de Saulire, 2060m D+ et 25 km, vous êtes arrivés ! Bravo !

En conclusion je dirais que:

-  L’alimentation constituera un élément majeur de la performance. En effet, l’enchaînement de sports à forte intensité, en altitude vous obligera à puiser dans les réserves. Ne pas se priver d’emmener la dose de boisson, de barres énergétiques et de gels, qu’il sera bon d’avaler à chaque transition et vers le bas de Saulire… sinon, l’hypoglycémie vous guette !

-  Le jour de l’épreuve, peu d’entre nous aurons enquillé les kilomètres en vélo, alors attention à ne pas se griller d’entrée de jeu sur cette section ! Il est bon de rouler un peu avant la course, histoire de redécouvrir quelques muscles oubliés …

-  Et pour finir, je dirai que cette épreuve est MAGIQUE ! Autant par son originalité que par son exigence. Une super expérience à vivre et la fierté d’arriver au sommet après tous ces efforts… Grimper de la vallée jusqu'au sommet par ses propres moyens, quel plus beau défi? Une course qui sans nul doute en surprendra plus d’un !

Alors rendez-vous le 20 avril pour une première qui s’annonce extra !