NEW BALANCE X-TRAIL COURCHEVEL 2018

New Balance X-Trail Courchevel 2018, le verdict est tombé !

 

54 Kilomètres : Antolinos et Frechinet intouchables

Le coureur du team Terre de Running a remporté pour la deuxième fois de sa carrière le 54km du New Balance X-Trail Courchevel, tout comme Fanny Frechinet chez les féminines.

 

Antolinos double la mise

Courchevel lui réussit ! Après s’être imposé sur le 33km et le 54km, Fabien Antolinos a ajouté ce dimanche 5 août une nouvelle victoire à son palmarès, sur la distance la plus longue. Au fil d’un parcours « magique, 100% chemins et bien technique », il a creusé l’écart sur ses concurrents pour franchir la ligne d’arrivée avec plus de 25 minutes d’avance.

« L’objectif est atteint car le chrono est bon. Je n’ai pas pris de risque, notamment dans la descente, car je n’avais pas envie de me blesser… Mais je me suis quand même donné. Pour le record, je savais que ça ne serait pas possible d’aller le chercher car dès le ravitaillement à la petite Val j’avais déjà 5 minutes de retard. »

Ce record, c’est celui d’Aurélien Dunand-Pallaz, établi l’an dernier en 6h23. Il aura fallu 20 minutes de plus à Fabien, mais il faut dire que ce dernier sort d’un gros bloc de travail pour préparer la TDS, où l’objectif sera de faire un podium. « J’ai accumulé 45000m de dénivelé ces 3 dernières semaines. Jeudi, je me suis blessé à l’entrainement. Cela m’a valu 3 points de suture et un contre ordre du médecin. Comme ça allait, j’ai décidé de prendre le départ quand même. Je voulais terminer ce bloc par une compétition pour bien finir le travail. »

 

Des parents comblés

Venus encourager leurs fils, les parents du coureur Lyonnais étaient ravis de l’arrivée. La petite inquiétude de la blessure laissait alors place à la fierté et la joie de voir Fabien décrocher une nouvelle victoire. « On le suit depuis longtemps. Pour arriver à ce niveau, il faut donner énormément à l’entrainement. Son courage nous laisse forcément admiratifs. »

 

Calame pour le plaisir, Sange Sherpa 3ème

26 minutes après le vainqueur, c’est Hugo Calame qui a franchi la ligne d’arrivée, satisfait de sa course. « Honnêtement je ne m’attendais pas du tout à prendre la 2ème place. C’était un défi entre copain et j’ai couru la semaine dernière donc je n’avais pas préparé cette course. » Une belle performance puisqu’il laissait derrière lui un spécialiste des longues distances. Après avoir remporté les 160km de Montreux la semaine dernière, Sange Sherpa avouait alors avoir « besoin d’un peu de repos » avant la prochaine échéance que sera l’UTMB à la fin du mois !

 

Une 12ème place au scratch pour la première féminine

Elle s’était imposée en 2016 sur le 54km, Fanny Frechinet a réitéré sa performance. Après 8h20 de course, la jeune femme avouait avoir souffert sur la fin. « Je ne me souvenais pas que c’était aussi long, je suis un peu déçue de mon temps. Il y a 2 ans, j’avais mis 8h06. » Un écart de temps qui pourra être relativisé étant donné la chaleur du moment !

 

Margaux Achard

 

33km Sumpter victorieux au sprint

 

Ils ont tout donné pendant 33 kilomètres… pour finalement finir au sprint. Richard Sumpter, 36 ans et vainqueur du 21km l’an dernier, a empoché avec une petite longueur d’avance la 14ème édition du New Balance X-Trail.

Pourtant, le coup de filou tenté par le jeune Valentin Bénard, 20 ans, a failli payer. Parti dans un groupe de quatre, Valentin Bénard voit Richard Sumpter s’envoler. « J’étais à deux, le premier était loin devant.  Vers le 20ème kilomètre, j’ai décroché et pris de l’avance pour revenir sur la tête de course. J’avais une minute de retard au lac de la Rosière. » Passé le lac du Praz, le récent vice-champion de France Espoir de Trail (13ème au scratch) revient sur l’Anglais dans l’ultime montée, à quelques dizaines de mètres de l’arrivée.

« A mince, c’est un concurrent ? », se demande Richard Sumpter, « Quelle distance ? Le dossard est caché ! ». De son côté, l’étudiant en kiné en Belgique tente le coup. « En haut, je reviens sur lui. Il me demande : « Est-ce que tu es sur le 54 ou  le 33 ? » Je lui souris mais je ne lui dis rien. Il a vite compris que j’étais du 33 donc il a fini au sprint, c’était cool ! » Au finish, c’est l’homme originaire des environs de Manchester, récemment installé à Bozel qui s’impose, sûr de sa force.

 

Le cavalier seul de Lebarcq

Du côté de Julie Lebarcq, la course a été un peu plus « tranquille ».

Partie dès la première montée, l’institutrice à Thonon-les-Bains a fait cavalier seul pour son premier trail de la saison. Expérimentée sur les courses en montagne, la jeune femme de 32 ans a savouré, malgré un final qui ne lui convenait pas vraiment. Dans la première partie, Julie Lebarcq a dominé la montée afin de se régaler sur une deuxième phase plus technique. C’est dans la dernière portion qu’elle a le plus souffert. « Il fallait en garder sous le pied pour les sept derniers kilomètres de descente » en sourit-elle à l’arrivée, avec une vingtaine de minutes d’avance sur Paula De Campos et Marie-Laure Caisse.

 

Adonis Vesin

 

 

22km : Curtet maître sur ses terres

Jean-Baptiste Curtet a joué et gagné sur ses terres, devançant Jonathan Perret et Valentin Vandelle. Marion Lac a signé une belle descente pour l’emporter devant Cupucine Bertrand et Dorine Buessler.

 

« Quand on connaît le parcours, c’est un petit avantage mais ça reste dur », reconnaît le lauréat 2018, Jean Baptiste Curtet. Celui qui est né « à deux cents mètres des tremplins » a parfaitement maîtrisé sa course. Parti à bloc, il a rejoint le sommet de la Dent du Villard avec une bonne avance sur ces poursuivants. « La descente est assez dure », concède toutefois le Savoyard de 30 ans, « Puis on finit comme on peut sur ce long faux plat montant. Mais ça c’est bien passé ! ». Le grand amateur de la Pierra Menta s’est en effet imposé avec 5 minutes d’avance sur le Motterain Jonathan Perret, auteur d’une solide ascension. « Je suis arrivé assez bien au pied de la montée », se réjouit le spécialiste de VTT cross-country, « Le premier a tout de suite pris l’avantage. Le troisième, je ne l’ai pas revu, donc j’ai géré jusqu’à l’arrivée ».

 

Lac redoutable descendeuse

Pour Marion Lac, la course a été bien différente. L’ergothérapeute de 28 ans a dû batailler pour s’imposer. « Je suis partie dans les cinq premières et, petit à petit, j’ai réussi à doubler les filles », narre la vainqueure, « Je me suis retrouvée en tête avant de commencer l’ascension de la Dent. Capucine m’a doublé assez rapidement mais j’ai repris l’avantage dans la descente, où j’ai pu creuser l’écart ». Capucine Bertrand, qui participait la veille à la fête du Lac d’Annecy, a signé une belle deuxième place, que n’a pas mis en danger Dorine Buessler.

 

Adonis Vesin

 

11km : Lamure à domicile

Le biathlète de Courchevel s’est imposé sur le trail Express’, « dans son jardin ».

 

Il a déboulé à toute vitesse dans la descente longeant les tremplins du Praz, comme pour accroître encore son avance. Morgan Lamure aura mis tout juste 1h01 à parcourir les 11km. « Je  suis parti à bloc dans la montée et une fois qu’il n’y avait plus personne derrière, je me suis mis à mon rythme ! Je suis moins bon en descente donc je voulais avoir au moins 1min30 d’avance à Mont Charvet ! ». Le local de l’étape peaufine alors sa préparation estivale de la meilleure des façons, pour changer du ski roue. Derrière lui Théo Arnaud et Kenta Osaki, arrivés main dans la main, avouent n’avoir rien pu faire !

Chez les femmes, séquence émotions pour Faustine Novelli qui participait alors à son premier 11km. « Je n’y crois pas. J’ai pris le départ pour une association qui se bat contre les violences faites aux femmes. On est des guerrières, je suis contente pour nous toutes ! ». Une victoire surprise donc…Et pour la bonne cause !

 

Margaux Achard

 

</p