Felt X3 Courchevel - C├ędric Fleureton termine comme un avion !

Sur la piste de l’altiport de la station de Courchevel, le Lyonnais Cédric Fleureton a conservé son titre pour s’imposer devant Thibaut Baronian et Yoann Sert, leader sur la partie vélo.

A 45 ans, il avait dompté la Saulire pour s’imposer sur le Felt X3 2019. Rebelote ce dimanche, cette fois-ci avec une arrivée tout aussi triomphale au sommet de l’altiport de Courchevel. Mais ce second succès de rang fut un peu plus long à se dessiner que la saison dernière pour le vice-champion d’Europe de triathlon 2005 et 2006.

Sur les ergomètres, qui ont remplacé la partie natation dans le plan d’eau de Bozel pour lancer les hostilités, ce sont les rameurs qui –comme attendu- ont pros les devants, avec notamment Vincent Noirot, Benoit Baratin et Alexis Guérinot pour les relais et le Savoyard Vincent Cavard pour la course en Solo.

Mais ensuite le « local heroe » Yoann Sert, souvent aux avants postes l’été sur les montées sèches cyclistes de Courchevel mais aussi l’hiver pour les efforts en ski alpinisme, a pris les commandes devant Fleureton. Thibaut Baronian (31 ans), double vainqueur du Red Bull 400 à Courchevel  (grimpée des tremplins olympiques du Praz), était esseulé.

Fleuteron : « Un terrain de jeu exceptionnel »

Au niveau de la transition vers le trail final, Fleureton était là et prenait la tête. Sert lâchait prise mais Baronian, lauréat du trail de l’Ubaye voilà 8 jours, revenait pour finalement échouer à 50 secondes du fringant quadragénaire lyonnais. « Je me suis encore une fois décalaminé les bronches.  J’en ai bien ch… tout le long, c’était dur. Je manquais logiquement de rythme mais ce n’est que du plaisir, au sein d’un terrain de jeu exceptionnel. L’adversaire, c’était vraiment Thibaut (Baronian) sur la course à pied ! J’ai regardé les écarts, il ne remontait pas au début et ça s’est bien terminé. Je trouve ausii sympa le fait de changer de formule, en passant sur un format original. Même si je n’avais pas fait d’ergomètre depuis 30 ans ! », glissait Cédric Fleureton, toujours heureux de s’imposer en Savoie.

Baronian : « Il m’a manqué quelques hectomètres »

« J’ai essayé de ne pas me mettre dans le rouge sur l’aviron. J’ai essayé sur le vélo aussi de recoller pour tout donner en trail. Il m’a manqué quelques hectomètres, avec une pente raide rectiligne pour l’arrivée. Mais c’était trop limite », lâchait Baronian, qui a grandi en Haute-Savoie, et qui doit disputer la skyrhune à Ascain au pays basque le 12 septembre avant de disputer le 45km du trail de Serre Ponçon (19 septembre). Le podium était complété par un solide Yoann Sert.

Pour la suite des opérations, le public et les suiveurs –bien masqués à Courchevel- pourront retrouver Cédric Fleureton en Isère. « J’avais un programme dantesque pour un jubilé sportif, mais tout à capoté avec le confinement Ce n’est pas grave. La semaine prochaine (23 août), je vais courir la Swinrun des Grands Lacs de Laffrey pas loin de Grenoble, avec ma chérie. On partage un peu de sport en couple, c’est sympa », concluait le lauréat du jour.

Féminines : au bonheur de Laura Deplanche

La Mauriennaise, sur le podium voilà 12 mois, à remporté la course devant Virginie Lemay, double tenante du titre. Un bon point sur la route du championnat de France de triathlon longue distance (fin septembre).

Le plateau féminin était très relevé et électrique. Alors forcément, sur le podium final, on retrouve des athlètes d’horizons différents. Une belle image pour le triathlon et une superbe satisfaction pour la lauréate, Laura Deplanche. La spécialiste de ski alpinisme, basée à Saint-Jean-de-Maurienne, a réalisé un sans-faute pour aller cueillir la victoire devant Virginie Lemay, lauréate en 2018 et 2019. Une belle performance avant la grande échéance du mois de septembre.

Un top 5 voire mieux aux « France » longue distance ?

« Je n’avais pu faire qu’une fois de l’ergomètre cette semaine (elle est sortie en 18e position) mais je savais que je pouvais rattraper le temps perdu sur le vélo. J’ai tout donné pour arriver sur le trail, qui était assez technique. Ça m’a bien plu et j’ai pu gagner. L’arrivée ? Je ne l’avais pas repéré. Lorsque tu vois cette dernière grande ligne droite en montée, ça fait drôle. C’est une préparation parfaite pour le championnat de France de triathlon longue distance, qui se déroulera à Cagnes-sur-Mer fin septembre », soulignait la monitrice à l’ESF de la Toussuire, membre de l’équipe de France de ski alpinisme, qui visera un top 5 voire le podium dans les Alpes-Maritimes.

Derrière le duo Deplanche-Lemay, la lutte était acharnée pour aller décrocher le dernier strapontin.

A l’issue d’un ultime effort violent, la Jurassienne Jézabel Kremer –championne de France de Spartan Race, sur le podium de la Spartan de Palma de Majorque au mois de mars et récente lauréate du 33km du XTrail à … Courchevel- s’offrait la troisième place quelques secondes devant Christelle Zambon et Anne-Flore Mailland, qui ont sonné la cloche respectivement au quatrième et cinquième rang.

Du côté des équipes…

Le trio Léo Baumel - Tristan Lipani – Florian Marsollier (AG2R La Timbale) a remprté l’épreuve en trio. Chez les femmes, la triplette féminine Mi Events composée de Marie-Camile Andry – Diane Teste – Marleen Verburgh a raflé la mise.  Et en mixte, victoire de l’équipe Les P’tits Gones avec Ambre Mota – Sydney Combeas – Bastien Peres.

Gauthier Castaldi