Hoka XTrail Courchevel 2021

De la nouveauté et un plateau de qualité sur le Hoka XTrail Courchevel 2021

 

3 parcours nouveaux de 11, 22 et 33km et 6 courses 11, 22, 33, 44, 55 et 66km étaient initialement proposées sur cette nouvelle édition du Hoka XTrail Courchevel mais en prévision d’une météo annonçant un très fort cumul de précipitations en milieu de nuit, les organisateurs du club Courchevel Sports Outdoor ont pris la sage décision d'annuler les départs de nuit programmés à partir de 3h du matin pour la sécurité des coureurs mais également celle des bénévoles. Les participants inscrits sur les 66, 55, et 44km ont donc été reversés sur le 33km avec un départ donné à 9h le dimanche 1er aôut dans des conditions automnales sous le grésil aggravé par le brouillard et le froid. A 9h30, le top départ a libéré les concurrents du 22 km avant ceux du 11 km une demi-heure plus tard.

Les magnifiques paysages annoncés et très attendus sur les différents parcours avec notamment la fameuse crête du Montcharvet, le sommet de la Dent du Villard (alt 2284m), le col de la Grande Pierre (alt 2304m), la cascade des poux, le sentier des mille marches dans la descente du col de la Chal, le lac de la Rosière, le nouveau chemin menant au Creux de l'Ours, celui du sapin argenté ou encore les bassins de Mategena ont été partiellement estompés et n’ont pu éblouir les athlètes. En dépit de ces contraintes, les 3 nouveaux parcours ont fait l’unanimité chez les coureurs et nombre d’entre eux ont déjà donné rendez-vous pour l’édition 2022.

 

Le 33km pour Thomas Cardin et Ania Darmograi

 

Lauréat en 2020 du 22km du Hoka X Trail Courchevel et du trail du Ventoux 2020 ainsi que celui des Passerelles de Monteynard début juillet, le sociétaire du team Hoka Thomas Cardin, sélectionné pour les championnats du monde de trail 2021, a récidivé sur le 33km en 3h18min40. « Au-dessus de 2000m, il y avait beaucoup d'eau et de vent, il faisait très froid. Adieu les conditions estivales, mais j'ai fait avec. Ça rend les choses beaucoup plus techniques sur les crêtes qui empêchent d'aller très vite. Dans les descentes, on ne peut pas s'engager au maximum, surtout dans celle du Col de la Grande Pierre. En fond de vallée, c'était parfait comme d'habitude. Ravi d’avoir pu découvrir une nouvelle trace très originale par rapport à l'année dernière. C'était une super course » a-t-il déclaré à la ligne d’arrivée franchie.

Initialement engagé sur le 66km, le Népalais Sange Sherpa, un adepte des longues distances, prend la seconde place en 3h33min exæquo avec Damien Boston. Après 2 podiums à la 3ème place sur le 50km en 2017 et 2018, Sangue est parti prudemment. « Je connaissais le parcours, mais en sens inverse suite à mes précédentes participations, mais c'était aussi magnifique dans cette configuration. J'ai fait une belle montée mais mon point fort, ce sont les descentes où j'ai pu rattraper du monde. Thomas est d'un autre niveau, je n'ai pas pu le rejoindre. Heureux de finir avec Damien, vraiment cool de partager la ligne d'arrivée ensemble ».

Riche d’un plateau international, ce trail a enregistré la victoire chez les féminines de l’Ukrainienne Ania Darmograi licenciée au club Lyon Mountain Trail. Elle s’impose en 4h10min31s sur le 33km. Avec son magnifique sourire, elle avoue après avoir repris son souffle : « Il faut aimer la technique et la pluie, mais pour moi, c'était magique malgré que mon objectif était sur le 55km ». Lucie Gerard en 4h44min monte sur la seconde marche du podium devant la Savoyarde Laure Pion (Maurienne Trail) en 2h16min31s.

 

Laurent Jalabert a troqué le micro de commentateur pour affronter les difficultés du parcours

 

Numéro un mondial du cyclisme sur route de 1995 à 1997 puis en 1999, champion du monde de contre-la-montre en 1997, détenteur de 138 victoires dans sa carrière, Laurent Jalabert, sélectionneur de l'équipe de France sur route de 2009 à 2013 devenu commentateur sportif avec une belle reconversion sportive dans le triathlon et le trail, était de la partie avec sa compagne Marion Limouzy avec l’objectif de préparer la Diagonale des Fous 2021 sur l’Ile de la Réunion. « Mon but était de faire la course ensemble, J'ai trouvé le parcours super sympa avec une première partie vraiment difficile. Sur les crêtes, il y avait pas mal de brouillard pour le panorama, mais les sentiers sont vraiment chouettes. »  déclare-t-il à l'arrivée après avoir bouclé l’épreuve en 6h01min19s.

 

 

 

Nadir Mago Maguet et Caroline Delord, lauréats du 22km

 

2ème du Marathon du Mont Blanc et du Dolomyths Run en 2019, vainqueur du Ring of Steall la même année et d’une 3ème place sur la Pierra Menta 2021 le tout agrémenté d’un brillant palmarès mondial en ski alpinisme, Nadir Mago Maguet, membre de l'équipe nationale italienne de ski alpinisme remporte le 22km en 2h05min31s « C’était vraiment extraordinaire, la crête au sommet : une autre planète. La descente avec les escaliers :  superbe mais technique pour arriver sur le lac. Une très jolie course ! » déclare Nadir dont l'objectif est de remporter le Golden Trail Series 2021. Il devance Moha Aarab, second en 2h12min21 dans un final au finish avec le régional de l’étape Will Juillaguet 3ème en 2h12min54s.

Chez les féminines, Caroline Delord avec un temps de 2h51min44s s'impose. « C'était super chouette, la montée était très difficile, j'étais un peu à la rue au milieu. Au sommet de la dent du villard, c'était magnifique malgré le brouillard ». Le podium est complété par Anna Thomasson en 2h57min22s et Pauline Bruyere en 3h007min09s.

 

 

 

 

Théo Arnaud et Loanne Roussillon vainqueurs su le 11km

 

« C'était super gras et bien technique ! Je l'avais déjà remporté l'année dernière mais ce n'était pas le même parcours. Cette année, ça change et c'était cool. Au début, j'étais dans un groupe de 4 avant de me retrouver toute seule. C'était super dur mais bon, j'ai réussi à finir, je suis morte mais vraiment trop bien. Un grand merci pour l'organisation ». Cette réflexion de la sociétaire du club Maurienne Trail, Loanne Roussillon, lauréate du 11km en 1h06min35s, illustre bien la difficulté du parcours et les conditions météo peu clémentes. Elle s’impose devant Marion Milesi (1h12min12s) et Bérénice Jacques (1h16min48s).

Le podium hommes du 11km s'est joué sous la barre des 1h. Théo Arnaud (Annecy Trail Running) emporte en 55min09s devant l'Espagnol Hector Reguera (57min26s) et Valentin Dameron (59min32s). « C'était un très beau parcours avec les 4 premiers kilomètres assez roulant. Nous étions deux en tête jusqu'à la première montée qui était très raide, j'en ai profité pour faire la différence. Je suis parti tout seul et j'ai creusé l'écart tout au long de la course sur les trois bosses qui s'enchainent en montées et descentes. Un tracé vraiment casse-pattes avec des racines et des passages techniques... c'est vraiment ce que j'aime ! » nous a confié le lauréat.

 

Rendez-vous en 2022 en souhaitant que le soleil soit de la partie.